Menu du site :

 

Index

Mise à jour

Equipe

Manga

Musique

Wargame

Films

Jeux vidéos

Divers

 

Heads

 

"Quelqu'un habite dans mon cerveau"

    Deux personnes sont à l'origine de cette oeuvre: Keigo Higashino au scénario et Motorou Mase au dessin, chacun s'acquittant à merveille de sa tâche.

      Heads nous conte l'histoire de Jun-Ichi Naruse, jeune employé "modèle" japonais dans un service après-vente d'électronique. "Modèle", cela veut dire timide, "obéissant", qui ne cherche pas à faire de vagues dans son milieu professionnel. Bien entendu, la critique sévère, mais sûrement justifié du monde du travail japonais, est tout à fait évidente et bien montrée par Higashino. Et c'est là une des grandes forces de ce titre court (4 volumes) mais absolument prenant et immersif: On a le droit à une série de dénonciation de certains aspects du monde moderne en général, et japonais en particulier.

      Mais revenons plutôt à notre jeune "héros" qui, depuis plusieurs mois, a des "vues" sur la caissière d'un magasin d'art: Megumi Hamura. Malheureusement, le jeune Naruse n'a aucune expérience avec les femmes et il n'ose pas l'inviter. C'est donc elle qui fera le premier pas et qui s'invitera à l'une de ses séances de peinture dans un parc. Commence alors leur idylle, qui va avec le temps leur faire prendre la décision d'habiter ensemble.

      C'est alors que l'élément déclencheur de Heads apparait: Alors que Jun-Ichi cherche un appartement dans une agence, un braqueur y fait irruption, et lorsqu'il s'apprête à tirer sur une petite fille, Naruse s'interpose. Il s'effondre, une balle dans la tête.

      Il se réveille un mois plus tard, dans un hôpital où il va alors découvrir la vérité sur sa survie: une partie de son cerveau provient d'un donneur! Une première dans le monde médical, et dont les conséquences n'ont pas forcément été prévue...

     Voilà pour le début du scénario qui se révèle vraiment prenant et entrainant. Du point de vue du dessin, le style est plutot réaliste, et les personnages sont très bien dessinés, ce qui est un plus indéniable pour l'immersion dans cette histoire. Mais le vrai point fort du dessin, c'est la mise en page des scènes importantes, où, par exemple, les décors autour des personnages seront légèrement brouillés pour bien centrer l'action sur les personnages principaux, et qui donne un résultat plus que plaisant.

     Au final, un dessin très soigné et une intrigue très bien menée permet à Heads de se positionner parmi les meilleurs mangas, mais aussi parmi les meilleurs thrillers, et peut aussi nous amener à réfléchir sur les excès de la science et de la volonté de certains à accomplir des "exploits médicaux".

Otowa