Menu du site :

 

Index

Mise à jour

Equipe

Manga

Musique

Wargame

Films

Jeux vidéos

Divers

 

Final Fantasy 8

 

     En cherchant des informations sur ce jeu, vous risquez fortement, comme moi de retomber souvent sur le même discours : "L'épisode le plus contesté de la série, mais peut-être le plus profond". Ceci est peut être vrai, mais plongeons-nous plutôt dans cette formidable aventure...

      Squall Leonheart est un jeune étudiant de la B.G.U, pour Balamb Garden University (soit l'université du jardin de Balamb, un nom qui prendra toute sa signification à un point assez avancé du jeu.). Squall n'est pas vraiment altruiste, bien au contraire. Il ne parle pas, ne souris pas, semble ne se sentir concerné que par les combats qu'il mène, et en particuliers contre Seifer Almasy, son grand rival.

      Le jeu s'ouvre sur une vidéo de présentation en 3D CG considérée par certains comme la plus belle intro de jeu vidéo existante, cela aussi bien d'un point de vue visuel que du point de vue de la mise en scène, et qui nous plonge tout de suite dans l’ambiance de ce jeu : épique.

      Vous commencez votre aventure à l’infirmerie de la B.G.U dans la peau de Squall, blessé lors de son énième affrontement avec Seifer, qui sert de toile de fond à la vidéo d’intro dont il est question plus haut. Après votre réveil, Quistis Trepe, votre jeune professeur vient vous chercher :vous avez cours avec elle, à la fin duquel elle vous confie une mission.

      L’aventure prend sa vitesse de croisière très rapidement puisque votre première mission consiste à combattre une « G-Force », nom donné dans ce huitième épisode aux fameuses invocations de la série Final Fantasy, lors d’un combat assez impressionnant.

      Puis, vous dirigerez Squall lors de son examen pour devenir un mercenaire attitré : un Seed. Un examen qui donne le point de départ du voyage de Squall, qui l’amènera à se poser certaines questions sur le but de sa vie, des Seed, mais qui le fera aussi évoluer du point de vue relationnel, en particulier grâce à sa rencontre avec la jeune Linoa Heartilly, jeune écologiste combattante, mais peut-être un peu trop optimiste…

      C’est autour de ce duo de personnages que vont graviter les évènements importants de ce jeu beau (pour l’époque), riche en émotions, passionnant... Enfin, l’un des meilleurs RPG, malgré ce que peuvent en dire ses réfractaires…

      Le système de combat est le même que pour les épisodes : tour par tour avec jauge ATB pour vos personnages (3 lors des combats) qui détermine le moment de leur tour d'action. Une différence notable existe cependant : Exit les MP. Ici, vous ne disposez pas d'un nombre limité de points de magie, mais d'un nombre limité de sort. Par exemple, vous pouvez ne posséder que 8 sorts de soins, de 30brasiers, et ainsi de suite. Pour augmenter le nombre de vos sorts, vous devrez voler ces sorts à vos ennemis oubien les puiser dans des sources de magie.

      Ces sorts font aussi partie d'une autre particularité du système de gestion de vos personnages. En effet, en fonction des G-Forces que vous possédez et des capacités qu'elles ont acquises avec le temps, vous pourrez associer différents sorts à vos différentes capacités, et ainsi augmenter vos points de vie, donner par exemple une attaque de feu à votre personnage, une défense de glace et bien d'autres possibilités... 

      Lors des combats, comme dans l'épisode précédent, vous possédez une ou plusieurs 'Limite" avec vos personnages. Ces attaques dévastatrices sont déclenchables lorsque vos personnages sont dans un état de santé grave. Ces "Limites" peuvent nécessiter d'entrer certaines combinaisons de touches apparaissant à l'écran, d'appuyer à plusieurs reprises sur la touches R1 au bon moment, ou bien encore de choisir entre différentes attaques, et cela en fonction du personnage concerné. Ces limites sont souvent vuisuellement impressionantes et apporte plus de dynamisme à des combats qui, il faut le reconnaitre, en ont parfois bien besoins.

      Au niveau de l'univers du jeu, la S-F est à l'honneur, avec villes futuristes, vaisseaux, voyages dans l'espaces et autres réjouissances qui plairont aux fans de S-F, mais qui agaceront les fans de fantasy pure. Cet univers contient des décors très soignés, et qui créent une ambiance particulière pour chaque lieu.

      Le tout est servi avec une bande-son fantastique, dont les meilleurs thèmes sont sans doute celui d'introduction et celui du combat final, qui sont de vrais moment de bonheur lyriques avec un orchestre symphonique accompagné par des choeurs absolument fantastiques. 
       Au final, FFVIII est un jeu auquel il FAUT jouer,pour ses personnages profond, son univers riche, son scénario prenant, que l’on soit fan de la série ou non, mais surtout si on est fan de RPG.

Otowa